Connectez-vous S'inscrire



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique

Les agences de voyage européennes maintiennent leur voyage dans le Sahara : "Allibert poursuit ses voyages au Sahara et au Sahel".

Synair a programmé ses vols opérés par la compagnie française Aigle Azur pour Djanet et Tamanrasset, Point - Afrique a fait de même pour ces destinations ainsi que pour Attar, Agadez....



Allibert poursuit ses voyages au Sahara et au Sahel

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique
Le 26 juillet 2010, le président Nicolas Sarkozy a demandé aux Français de ne plus se rendre au Sahel, après l'annonce de l'assassinat de Michel Germaneau par une katiba de AQMI (Al Qaeda au Maghreb islamique) dans le Nord-Mali. Voici la réaction de Gérarg Guerrier, Directeur d'Allibert :
"Cette annonce, hâtive et réductrice, ne peut satisfaire les amoureux et les connaisseurs de ces régions désertiques.
Une telle urgence n'est en effet pas justifiée. Au milieu de l'été, aucun tour-opérateur ne programme de voyages dans la zone saharienne et subsaharienne. Pour être exact, il convient de noter que l'utilisation du mot Sahel est impropre, puisque le Nord-Mali et le Nord-Niger, zones réputées non sécurisées, se trouvent au nord du Sahel. Enfin, depuis plusieurs années, aucun tour-opérateur sérieux (membre de ATT-ATR, par exemple) ne propose de voyages dans cette partie de la zone sahélo-saharienne où ont été enlevés et détenus Michel Germaneau et Pierre Camatte.
Cette annonce est également réductrice, car, dans cette immense zone, plus grande que l'Europe, il existe de très nombreuses régions où l'on peut randonner en toute sécurité. Par exemple, et sans être limitatif, l'Adrar en Mauritanie, l'Atakor, le tassili n'Ajjer, la Tadrart en Algérie, l'Akakous en Libye, le pays dogon au Mali, etc.
Le profit n'est pas notre objectif principal. Si nous devions abandonner telle ou telle destination pour des raisons de sécurité, nous le ferions immédiatement, comme nous l'avons fait au Yémen ou au Pakistan, ou encore en Algérie pendant les "événements".
La sécurité est pour nous une priorité absolue, mais une sécurité la plus "factuelle", la plus objective possible. Notre objectif est de permettre à des milliers de trekkeurs de randonner en toute sérénité dans des paysages exceptionnels. Nous n'oublions pas non plus que des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes dépendent de cette source de revenus essentielle, qui sinon seraient condamnés à la misère, à l'émigration ou aux trafics.
D'ailleurs, le ministre Bernard Kouchner a déjà assoupli sa position en déclarant, le 27 juillet, que le gouvernement n'interdisait pas de se rendre en Mauritanie, mais qu'il fallait prendre des précautions.
Prendre des précautions est un principe fondamental de notre métier. Nous avons une démarche très active de recherche de l'information, de sécurisation de nos circuits. Nous consultons régulièrement toutes les sources disponibles : avis du Quai d'Orsay, des autres pays européens, Factbook de la CIA, mais aussi et surtout contact permanent avec nos partenaires et filiales locales, nos guides, nos collègues, et enfin, lorsque cela est nécessaire, "missions sécurité " sur place, avec souvent un volet formation pour nos guides.
La sécurité demeure notre priorité, mais une sécurité responsable, loin des sirènes et des alarmes de la politique et de la communication."
Gérard Guerrier,
Directeur général, Allibert Trekking
Responsable de la commission sécurité de ATT-ATR
Auteur : Grégory Rohart pour I-trekkings

Synair : Lancement saison saharienne 2010/11


Point - Afrique : Les choix et les nouveautés d'un acteur du tourisme Engagé !

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique
Point Afrique Développement est une coopérative inscrite dans l'économie sociale qui a pour volonté d'agir économiquement dans le sens d'un rééquilibrage des relations Nord-Sud.
Pour ce faire, elle s'est rendue propriétaire de son outil de travail, Point Afrique Voyages qui affrète chaque année des vols directs vers quelques-unes des régions les plus enclavées d'Afrique de l'Ouest, générant ainsi par le biais d'activités touristiques, des revenus importants pour les populations locales. Point Afrique propose également des voyages – du circuit à la semaine au séjour à la carte – dans un esprit de simplicité et de respect des habitants.
Malgré quelques incertitudes actuelles dues à la problématique de la sécurité sur certaines destinations proposées par Point Afrique, nous avons décidé de continuer de les desservir tant que nous aurons le soutien des populations car nous ne pouvons les abandonner alors que leur seule source de revenus est le tourisme !
Auteur : Miss blabla de Point - Afrique

Interview de Maurice Freund, président de Point - Afrique

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique
On connaît la fragilité politique et économique des zones sahariennes et sahéliennes où a décidé d’être présent Point Afrique. Comment voyez-vous la prochaine saison touristique hivernale ? Quelles solutions voyez-vous pour endiguer les problèmes de sécurité récurrents à proximité des zones frontières ?

Vous touchez certainement là le point le plus sensible et le plus préoccupant. Le phénomène du terrorisme « religieux » trouve ses racines dans la pauvreté et l’absence d’identité qui en résulte. Une développement haine contre l’occident se développe et permet d’instrumentaliser une certaine lecture de la religion. L’existence du fanatisme islamiste est une réalité que l’on peut encore combattre à condition de prendre en compte les populations locales. Si ces dernières basculent et sympathisent avec des « manipulateurs » d’une jeunesse désœuvrée il ne sera plus possible de visiter ces régions. Nous sommes aujourd’hui sur une ligne de crête et notre conviction est que si l’activité touristique engendrée ces dernières années par le tourisme vient à disparaître, nous ne remettrons plus les pieds dans ces régions et l’acharnement militaire qui peut être déployé, ne résoudra en rien une évolution inéluctable, une poussée islamiste haineuse et anti occidentale.
Alors oui, nous voyons la prochaine saison touristique avec beaucoup d’inquiétude.
L’hiver dernier après consultation des autorités mauritaniennes un vrai travail de sécurisation reposant sur une complicité entre les divers acteurs (autorités nationales, populations locales et acteurs du tourisme) ont permis de créer une dynamique nouvelle aujourd’hui reconnue par les plus hautes instances du pays. Des formations des guides, des chameliers en ont fait de véritables auxiliaires à la sécurisation, sensibilisation des zones géographiques visitées et de leurs habitants. Ce fut un travail long (plusieurs mois) avec la participation active et permanente du Tour Opérateur Point Afrique qui en a financé une grande partie. Les résultats sont probants et nous pensons étendre sur trois autres zones ces mêmes méthodes et procédures, sur la région d’Agadez et région de Gao. Pour nous la situation n’est pas irréversible au stade actuel des choses, mais l’inquiétude provient du désespoir que notre abandon va générer.
Si le risque zéro n’existe nul part sur la planète, la disparition des rencontres et échanges favorisés par ces liaisons aériennes s’avère devenir une réalité, il est certain que les foyers d’entraînements et de recrutement disposeront d’un environnement « très nutritif » et nous en payerons les conséquences… demain.
Nous n’avons pas la prétention d’être le seul remède à cette gangrène mais nous pouvons faire partie d’une posologie qui pourra redonner confiance en l’avenir.
Aucune intervention militaire extérieure n’aura gain de cause. Il est de toutes façons certain que seules les populations locales peuvent empêcher les stratégies d’Al Quaïda….
Auteur : Grégory Rohart pour I-trekking

«Seulement certaines zones du Niger, du Mali et de la Mauritanie ne sont pas recommandables pour voyager»

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique
«Ce ne sont pas ces pays dans leur ensemble qui ne sont pas recommandables pour voyager, mais seulement certaines zones de ces pays.» Voyages et treks sont ainsi encore possibles dans les zones «sécurisées» du Sahel, même si «les terrains de jeu se réduisent comme un mouchoir de poche», déplore Yves Godeau. Il explique que la décision de ne plus du tout voyager au Niger a été prise par ATT, mais qu’il est encore possible d’aller en Mauritanie, «mais pas plus au nord que l’Adrar», ou en Algérie, «jusqu’à Tamanrasset et Djanet».

Yves Godeau, président de l’association ATT, ATR (Association des tour opérateurs thématiques : ATT - Agir Pour Un Tourisme Responsable : ATR)
Auteur : Bérénice Dubuc pour 20minutes.fr

Tentez l'aventure touareg en Algérie

La saison saharienne 2010/11 démarre sous influence médiatique
"Loin des tensions de la zone frontalière entre la Mauritanie et le Mali, au sud-ouest de l'Algérie, la région du Tassili N'ajjer et l'oasis rsetent un havre de paix sans danger pour les touristes."

Auteur : Claire Cousin pour Metro Plus, Mardi 7 Septembre 2010.

articlemetro09_2010.jpg articleMETRO09-2010.jpg  (2.28 Mo)


La Route du Sahara
La Route du Sahara